Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
02 Sep

1930 : Et « Guengla-Plage » vit le jour

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #Saviez-vous que ...

guengla.jpgSouvenez-vous de cette antique cité punique appelée alors Gunela (ici) que nous connaissons sous le nom de Guengla . Mais ce n’est pas de l’époque punique que je vais vous parler aujourd’hui mais d’une époque plus proche de nous bien que cependant assez ancienne, puisqu’il sera question de l’année 1930 et plus précisément du lotissement urbain de Guengla-plage qui fut crée cette année-là (par arrêté du 24 avril 1930). Ce n’est évidemment pas le premier lotissement qui a lieu à Guengla, ceux-ci ayant commencé dès 1914 comme par ailleurs nous le précise le livre « La Tunisie du Nord. Le Tell septentrional : étude de géographie régionale » (de F. Bonniard - 1934) où il écrit « A partir de 1914, la colonisation officielle est venue hâter le développement de ce centre ouvrier. Au Guengla, entre Tindja et Ferryvilie, au Transvaal, à Sidi-Yahia, la direction de l'Agriculture a mis à la disposition des ouvriers plus de 150 lots, soit pour cultures maraîchères et vigne, soit en lotissements suburbains. En outre, de nombreuses oeuvres de mutualité, comme la Cité maritime, subventionnée par la Marine et le Gouvernement tunisien, permettent aux ouvriers de devenir propriétaires de leur maison et d'un petit jardin »[1].

 

Mais ce nouveau lotissement de Guengla-plage en cette année 1930 concerne plus spécifiquement les maisons et constructions qui longent la plage et la route de Guengla (au-delà de l’ancienne Pyrotechnie et de l’actuelle Académie militaire). Vous savez cette belle route bordée de grands eucalyptus qui avaient subit, de la part de prédateurs, un véritable massacre à la tronçonneuse en 2010 (ici).

 

Ce lotissement donc comprenait alors 49 lots qui avaient été mis en vente à la date du 15 mai 1930. La superficie de ces 49 lots était comprise entre 950m² et 1300 m². Les conditions étaient les suivantes : « Les acquéreurs seront tenus de se conformer dans un délai de deux ans aux clauses et conditions suivantes : 1° Clôturer le terrain au moyen de murs ou de haies vives d'une hauteur d'au moins un mètre; 2° Édifier des constructions d'une valeur minima de 15.000 francs. Pour les lots situés en bordure de la route front de mer, construire à cinq mètres au moins en retrait de la voie. Ils devront s'interdire d'aliéner le lot pendant vingt ans sans l'autorisation du Directeur général de l'Agriculture, du Commerce et de la Colonisation ».( Cf. Gallica Office du protectorat français 1930/05)

Il semble bien que c’est en raison de la crise du logement et l’envolée des coûts des terrains et surtout de la construction qui obligea les autorités d’alors à lancer un programme d’aide à l’installation, pour les familles ouvrières, à Ferryville et ses environs. Ce fut le cas de la nouvelle cité maritime et c’est sans doute le même phénomène qui a eu lieu à Tinja et Guengla. Rien d’étonnant à cela si, comme le signale le Bulletin de l’Office du protectorat en Tunisie de1928 « la même maison ouvrière qui coûtait 5.500 francs avant guerre a atteint la semaine dernière 43.500 francs, soit huit fois plus ».

 

Voilà des informations intéressantes qui nous permettent de mieux suivre l’évolution urbaine de guengla - et surtout il faut bien le dire, de cette bande côtière qui, chaque été, faisait la joie des grands et des petits - et donc, du même coup, de Ferryville/Menzel Bourguiba.

 

M.D.

 

 

Voir aussi

http://ferryville-menzel-bourguiba.com/villessudlac/guenglahier/guenglahier01.html



[1] En 1914 il y avait pour Guengla 24 lots d’une superficie de 436 ha. Pour les besoins de l’installation et de la colonisation on avait même encouragé les agriculteurs à se regrouper en coopératives (il y en avait 26 dans toute la régence). Ainsi à Guengla fut créée, en 1926, la « Société Coopérative maraîchère et fruitière de la région de Ferryville »  (il n’y en avait alors que 3 dans toute la régence).

Commenter cet article
M
toujours interessantes tes rechereches et merci de les partager.
Répondre

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants