Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 Sep

Gunela (Guengla) : une cité antique du Vème siècle

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #Mémoire, mémoires, #Récits, ballades ...

gunela-1.jpgGuengla, daouar Guengla, Henchir Guengla … ce sont là quelques uns des noms que l’on donne pour désigner notre célèbre Guengla, laquelle pour nombre d’entres nous évoque d’abord et surtout la plage, les baignades et les bals. Guengla reste évidemment cela (enfin s’était cela) dans notre mémoire et dans le vécu de nombreux menzéliens d’aujourd’hui. Même si récemment le nom de Guengla a été évoqué en raison du massacre à la tronçonneuse contre des centaines d’eucalyptus(ici).  Et pourtant, sous nos pas, sont probablement (et même certainement) enfuis des trésors et des vestiges d’une histoire et d’une civilisation plus que millénaire.  Celle de Carthage, lorsque Guengla s’appelait alors Gunela. Comme c'est d'ailleurs le cas de nombre de sites dans toute la région : Sidi Abadallah, un marabout à l'endroit même où fut construit l'arsenal et où furent découvert de nombreux vestiges de la période punique (d'ailleurs quel lien peut-il y avec la zone que nous nommons "Rjel Larbïine", cette zone coincé entre l'arsenal et le cercle des officiers) ; Sidi Yahia, ce marabout qui est une survivance d'un ancien fortin espagnol lui-même construit sur les vestiges d'une nécropole qui remonte à l'époque punique  et qui pourrait  être le Henchir "El-Ksiba" de l'époque arabe ; Tinja, une des cités puniques les plus anciennes qui portait le nom de Thimida ; il y a également l'antique "Matera" (Mateur) ou encore la plus importante des cités de l'époque "Hippo Diarrhytus" (Bizerte).

 

C’est notamment ce qui ressort d’une communication consacrée à « trois cités de l’Afrique chrétienne : Gunela, Aradi et Midicca » faite par M. Azedine Beschaouch (*) lequel constate que, en règle générale concernant le Maghreb, « Le fait le plus couramment observé c’est, par delà les siècles de l’Ifriqiya et jusqu’au jour d’aujourd’hui, la persistance des toponymes de l’Africa. Mais pour l’essentiel, quelle que soit leur origine (autochtone, phénico-punique, et – moins fréquemment – grecque ou latine) les noms des établissements humains ont persisté à partir de leur forme latine, fixée par l’administration romaine et transmise à la postérité, notamment par les listes d’évêchés ou celles de l’Académie me permet de présenter ci-après, l’illustrent bien".

 

Gunela : « Les états de l’Eglise d’Afrique proconsulaire, à la date de 484, mentionnent un évêque catholique dénommé Pascasius, dont le siège est indiqué sous la forme suivante : episcopus Gunelensis. (…) ».  Pascasius était en fait, selon Azedine Beschaouch l’évêque d’une cité appelée Gunela. « Une recherche récente (…) permet d’affirmer que ce patronyme a, après tout, survécu et qu’il persiste sous la forme de « Goungla ». De fait au nord de Carthage, prés de Menzel Bourguiba (jadis Ferryville), à quelques lieues de Bizerte (l’antique Hippo Diarrhytus) s’étend l’Henchir Goungla, un site archéologique en grande partie recouvert par un vignoble et de multiples vergers ».

 

« Malgré un demi siècle, et plus, de travaux agricoles intensifs, n’ont pu disparaître ni les traces de l’établissement humain, ni le souvenir de l’antique activité urbaine. Ainsi il m’a été loisible de reconnaître des pans de mur, de ramasser de nombreux fragments de céramique tardo-antique et médiévale, et même de déceler un morceau de dédicace, élégamment gravée sur marbre, pour le salut d’un empereur : « O salvte imperato (ris Caesaris) ».

« Voilà donc identifiée, et localisée dans l’extrême nord de la Tunisie une cité de l’Afrique du Vè siècle, Gunela, siège de l’évêque catholique Pascasius, episcopus Gunelensis »

 

cf. Trois cités de l'Afrique chrétienne : Gunela, Aradi et Midicca. de Azedine Beschaouch

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1983_num_127_4_14102

 

 

(*) Azedine Beschaouch, né le 18 avril 1938 à Tunis, est un philologue et historien tunisien. Historien de l’antiquité romaine [histoire et civilisation de l'Afrique punique et romaine (en particulier Tunisie antique). Il a été maire adjoint de Carthage de 1975 à 1990.

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants