Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 Aug

“Les Palmiers Blessés” un film de Abdellatif Ben Ammar sur la guerre de Bizerte (et de … Menzel ?!)

 - Catégories :  #Chroniques culturelles

Les_Palmiers_aff_1.jpgJe n’ai pas (encore) vu ce film. Mais chacun comprendra à quel point il m’intéresse et intéressera certainement les visiteurs de ce blog. La guerre (ou les évènements de) Bizerte c’est aussi et pour une très large part celle de Menzel/Ferryville. Et notamment – puisque c’est semble-t-il le thème principal du film – le sort de ces centaines de « patriotes volontaires » (je met les « » parce que c’était le qualificatif officiel utilisé) des menzéliens certes mais aussi ceux, nombreux, venus de toutes les régions du pays pour tenir , sans armes, les barricades installées face aux  militaires français (les portes de l’arsenal et surtout la porte de Bizerte, prés du café de Nice, devant le bâtiment de la gendarmerie …) et qui furent malheureusement les principales victimes de cette guerre. Nous avions à l’époque – pour ceux de ma génération – 14/15 ans et pour ma part je garde des souvenirs très intenses de cette période, de ces évènements et de ces volontaires que nous désignions par le sobriquet « les soldats aux chapeaux de paille » jounoud el midhalat (en arabe cela sonne comme « parachutistes ») parce qu’on leur avait donné à chacun, sans doute pour les distinguer, le traditionnel chapeau de paille (m’dhala). Qui et combien étaient-ils, quelles étaient les raisons profondes de leur engagement, comment ont-ils vécu et ressenti ces dramatiques évènements. Voilà des questions qui méritent d’être posées. Si le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l'indépendance sont des principes intangibles – et la Tunisie n’échappe pas à cette règle - cette guerre, au fond, était-elle si inévitable ? Quelles étaient les enjeux et les motivations véritables de cette dramatique guerre… les historiens, les penseurs, les journalistes ... doivent se poser ces questions. On les doit en mémoire à ces personnes et à leurs descendants. Ont les doit également à tous les enfants de ce pays. Le film de Abdellatif BEN AMMAR « Les Palmiers blessés » a, au moins, le mérite de commencer à les poser.


 

“Les Palmiers Blessés” un film de Abdellatif BEN AMMAR sur la guerre de Bizerte

Synopsis : Bizerte, hiver de l’année 1991. La 1ère guerre d’Irak se prépare dans la tension internationale. Un écrivain tunisien confi la dactylographie d’un manuscrit autobiographique à une jeune fille «Chama» à la recherche d’emploi. A la faveur du contenu du livre, la jeune «Chama» ressent le besoin de plonger encore plus, dans les évènements de la guerre de Bizerte, d’autant plus que son père, patriote volontaire, y perdit la vie… Elle découvrira… Aux grés des rencontres, Chama fera la connaissance des vieux militants et camarades de son père, témoins aigris par le temps, las de taire la vérité sur les évènements enfouis dans leur mémoire. Elle se liera aussi d’amitié avec le mari de son amie Nabila, Noureddine, un musicien algérien désabusé et lucide à la fois, qui a décidé de se réfugier en Tunisie. A travers la dactylographie du manuscrit du vieux romancier, elle découvre petit à petit comment des «intellectuels» sans scrupules peuvent falsifier l’Histoire à des fins de pouvoir et d’honneurs immérités. Mais, est-il suffisant de découvrir la vérité? La jeune femme, au risque de bousculer l’ordre des choses et enfreindre les tabous, dénonce la forfaiture et impose finalement une version de l’histoire plus proche de la vérité. (cf. Cinéma tunisien)

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants