Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 Dec

Le 19 décembre 2010, Menzel décide de se refaire une beauté

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #ballades ...

menzel.jpgSuite à la pétition (ici) lancée sur Facebook le 15 novembre dernier par Mme Nazet Marin en collaboration avec Noureddine Dhib et Nadia Ben-Saad et la réponse du maire de Menzel Bourguiba M. Jameleddine BATTI et du conseil municipal une première action de terrain avait alors été décidée (ici) . Elle a eu lieu le dimanche 19 Décembre 2010. L’action a consisté au ramassage des détritus et autres déchets, au badigeonnage des pieds d’arbres et surtout la sensibilisation de la population. En principe cette action, fondée sur le volontariat, était assurée essentiellement par les membres des associations (Le Club de Jumelage, les enfants de l’UTAIM, les associations de colonies de vacances et les Auberges de Jeunesse), mais tous ceux et celles qui souhaitent y participer étaient les bienvenus.

 

Bien sur cette opération de toilettage a été intégrée dans le cadre des initiatives de « l’année internationale de la jeunesse ». Tant mieux si ce label peut lui donner un plus de médiatisation et permettre une sensibilisation plus importante du public et des citoyens de Menzel Bourguiba. Elle restera néanmoins, comme une initiative qui émane, au départ, de citoyens et que les institutions locales, régionales et nationales n’ont fait que légitimer, à juste titre, en raison de la justesse de la démarche et des problèmes qu’elle a mis en relief. Chacun est dans son rôle. Il faut espérer que cette opération se renouvelle car, à l’évidence, il faudra plus qu’un toilettage pour que « Menzel retrouve son faste d'Antan … ». Il suffit de lire les doléances de la pétition pour s’en rendre compte. Mais surtout il faut avoir vu et plus encore vécu à Menzel pour mesurer véritablement l’ampleur de la tâche.

 

Il s’agit pour l’instant d’une simple remise à niveau, et il ne peut en être autrement. Une remise à niveau c’est à dire rattraper le retard accumuler des décennies durant. Et cela nécessitera plus qu’une opération de toilettage. Il faudra la renouveler. Et je me permettrai ici de faire une suggestion : pourquoi ne pas choisir une date symbolique (encore faut-il que le symbole corresponde à quelque chose à Menzel Bourguiba et pour ses habitants) pour en faire un réel rendez-vous annuel, régulier, pour la propreté et l’environnement de la ville. Car il faudrait avoir de l’ambition pour que, comme le propose la pétition, « Menzel-Bourguiba soit elle aussi la 1ère ville du pays où il fait bon vivre ». Chiche ! Car la ville ne manque pas d’atouts sur lesquels les bonnes volontés pourraient s’appuyer. La propreté doit s’accompagner et s’appuyer sur la sauvegarde du patrimoine architectural et urbain de Menzel. Il ne faut plus refaire ce qui s’est passé avec les eucalyptus de Guengla. Menzel est sans doute l’une des villes qui dès l’origine a été conçue avec l’idée d’y intégrer les plantations d’arbres qui bordent les rues en même temps que les bâtiments. Ces arbres avaient, outre l’embellissement qu’ils procurent, plusieurs autres fonctions (de protection par rapport aux vents, pour l’ombre qu’ils procurent en été …). A ce sujet je voudrais citer un passage d’un document rédigé par G. Dufour, le médecin à qui avait été confiée la construction de l’hôpital maritime et qui confirme l’importance accordée, dès l’origine, aux plantations d’arbres à Ferryville « (…) Dans la cité maritime on a tracé de larges et longues avenues parallèles ou perpendiculaires au rivage du lac. Des plantations d’arbres seront nécessaires autant pour diminuer la violence des vents que pour protéger le personnel contre l’air des marais de l’Oued Tindja, situés au vent de l’arsenal. C’est du côté de la cité maritime et sur les flancs de la colline de Sidi-Yahia que devront porter d’abord les efforts de reboisement. Un jardinier de la Marine est détaché de Bizerte pour étudier sur place le système des plantations ; il aura à préparer une pépinière pour laquelle des terrains son réservés à côté de l’hôpital et de la caserne d’artillerie »(*). Il faut ici rendre justice à ceux qui, après l’indépendance, ont eu la charge de la préservation et l’entretien des arbres de la ville (et notamment le regretté Am Mustapha El-Hedhli, par ailleurs ancien joueur de football de l’USF et du SAMB) et qui a fait un travail important, effort qui n’a, malheureusement, pas été soutenu ces dernières années. Est-ce seulement un problème de moyens financiers ?

 

Mais il n’y a pas que les arbres. Le bâtit, l’architecture sont également un élément de notre environnement. Il ne faudrait surtout pas refaire la même erreur qui a été faite pour la poste, du moins pour sa façade et sa porte d’entrée. Inqualifiable, n’est-ce pas ! Et encore le mot est vraiment faible. Et puis, et puis il y a le grand problème de la dégradation de la plupart des anciens bâtiments de notre médina. Je parle évidemment de notre médina dans le même esprit que je l’avais évoqué dans le tout premier papier de ce blog : « Menzel Bourguiba n'a pas, à proprement parler, comme d'autres villes, de médina. C'est une ville aux tracés rectilignes qui a été imprégné, d'entrée de jeu, par une urbanisation moderne. Mais une modernité qui a comme un parfum de médina. Mais au contraire de certaines médina, son urbanisme s'impose à tous, contre vents et marais. Toute nouvelle construction (et il y en a eu depuis), tout agrandissement doit en tenir compte. Reste cependant qu'à l'intérieur de cette urbanité et de cette modernité il y a le constat amer : des pans et des quartiers entiers tombent en ruine et se meurent, faute d'entretien et de politique de réhabilitation. Qui plus est toute une architecture (façades d'immeubles, balcons, cours intérieures ...), qui est un peu le reflet de l'âme de cette ville, est en train d'être effacée par le temps et les hommes. Et dans ces conditions la mémoire elle-même s'évanouit et disparaît petit à petit » (ici) ou encore dans le texte « ballades à Menzel » (ici).

 

Je me limiterai, ici, à ces deux exemples mais oh ! Combien, emblématiques.

 

Car, après tout, les gens se reconnaissent dans une ville certes parce qu’ils y sont nés et/ou y vivent (encore que …), parce qu’ils y ont leurs habitudes au quotidien, mais aussi parce que cela leur donne des repères à travers des lieux, des formes, des couleurs, des sensations mêmes … et des souvenirs évidemment. Donc une mémoire. Et une mémoire doit être entretenue, alimentée, racontée, transmise … pour être vivante. Comme les hommes et les femmes.

 

Voilà pourquoi une journée comme celle du 19 décembre a une certaine importance. C’est aussi l’occasion de renouer les fils entres les générations d’une part et entre la ville et ses habitants de l’autre. Voilà pourquoi faire (et refaire) des initiatives de ce type n’est pas une seulement une tâche, certes indispensable, d’hygiène et de propreté mais comporte d’autres dimensions essentielles pour la vie d’une cité, comme d’un pays. Et, qui plus est, il est tout à fait sain que cette initiative ait pour origine une démarche de citoyen-nes.

 

Alors, après cette petite introduction, que s’est-il ce dimanche 19 décembre ? Je ne peux pas ne pas reprendre cette petite vidéo réalisée par Nazet Marin comme un « petit cadeau pour tous les enfants de Menzel-Bourguiba qui ont œuvré dans la joie pour faire de cette journée une belle réussite ! Groupe facebook: Pour que Menzel-Bourguiba retrouve son faste d'antan............. » que vous pourrez visionner (ici)

 

Et pour finir bonnes fêtes à toutes et tous. 

 

(*)(cf. « Les établissements de la marine dans le Goulet et le lac » 1902).

 

L’illustration je l’ai trouvé dans la page facebook « ♪HB.tv MENZEL BOURGUIBA // Ferryville » (ici)

 

M.D.

Commenter cet article
R
<br /> un coup de propre ca ne lui ferait pas de mal elle en a bien besoin quand on ce promène dans cette ville il y a un sentiment d'abandon espérons que la pétition aboutira.<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Merci de votre soutien Mohsen, quelle surprise! Je vous souhaites de bonnes fêtes de fin d'année, tous mes voeux de joie, santé et prospérité ainsi qu'à tous les êtres qui vous sont chers.<br /> <br /> <br />
Répondre

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants