Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 Aug

Et malgré tout « Aïdkom Mabrouk »

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #"Humeurs"

menzel-abdeli.gif

« Aïd Mabrouk »

 

Les salafistes ont encore fait la une des médias et ils ont encore une fois fait fort. Menzel Bourguiba, Bizerte, Gabès, Kairouan, Sfax … Partout ils ont cherché à imposer, par la force brutale, la censure sous le prétexte fallacieux « d’atteinte au sacré ». A Menzel Bourguiba ils ont tout « simplement » occupé toute la place devant la maison de la culture empêchant de fait le spectacle de Lotfi Abdeli (voir la photo).

Qu’on ne vienne surtout pas nous répéter que ces réactions sont « spontanées » ou encore « liée à des évènements purement locaux » … Non ! Il y a concomitance entre tous ces faits et ces évènements qui comme par hasard surviennent à la veille de l’Aïd el fitr. Leur façon à eux sûrement de fêter la venue de l’Aïd.

 

Pour ma part je vous souhaite du fond du cœur « Aïd Mabrouk » à tous et toutes même à celles et ceux qui ne sont pas de religion musulmane.

 

***

 

«  So is it a dream »

 

« J’ai fait un rêve ? », Pour reprendre et paraphraser  la fameuse expression de M. Lutter-King, mais ce rêve se déroule, cette fois, en Tunisie en ce mois d’août 2012, qui plus est le jour de l’aïd.

 

Je vous en livre l’essentiel en quelques lignes : Au lendemain des actes et agissements de ces derniers jours à Menzel Bourguiba, Bizerte, Gabès, Kairouan, Sfax … où l’on a vu des groupes de salafistes intervenir brutalement pour empêcher la tenue de spectacles culturels et artistiques, voire même agresser physiquement des gens, j’ai, dans ce rêve bien sûr, assisté à quelque chose d’étonnant et d’extraordinaire en même temps. J’ai « vu », comme dans un film, des milliers de personnes se rassembler dans une grande avenue (le lieu est imprécis) et manifester contre les actes de violence de ces groupes salafistes.

 

Du déjà vu en Tunisie, me direz-vous ! Et il n’y a là rien d’étonnant et encore moins d’extraordinaire, voyons ! C’est même le principal sinon l’unique acquis depuis la révolution. Notre pain quotidien même. C’est vrai, mais laissez moi vous expliquer… Ce qui est nouveau, et en cela étonnant et extraordinaire, c’est le fait que la grande majorité des manifestant-es était composée de gens s’affichant ouvertement musulmans et tous et toutes avaient répondu à l’appel des imams (enfin de certains imams) et d’organisations et d’associations apparentées musulmanes. Et ces manifestant-es n’avaient qu’un slogan inscrit sur leurs banderoles et qu’ils scandaient d’une même voix : « Non à la violence, l’islam c’est la paix, la sagesse et le respect d’autrui ! ».

 

Les badauds et les curieux étaient également nombreux sur les trottoirs à suivre le spectacle et visiblement tout aussi étonnés que moi par ce qu’ils voyaient. D’ailleurs à leur façon de s’habiller et notamment le fait que les femmes, pour beaucoup d’entres elles, ne portaient pas foulard, contrairement à celles dans les cortèges, on voyait bien qu’ils et elles n’étaient pas tout à fait du même bord politique. Mais cela n’empêchait pas, loin de là, que de temps à autre des applaudissements et des you you en signe d’encouragement étaient lancés par ces derniers en direction des manifestant-es.

 

Et moi j’étais là à regarder passer cette marée humaine, à scruter aussi les visages de ces gens souriants et visiblement heureux d’être là ensemble et de communier et même d’être encourager. Et de me dire, en mon for intérieur, « enfin, c’est arrivé ! Cela est donc possible ». Comprenez donc, après la multiplication des agressions et le manque de réactions des croyants eux-mêmes, c’était à désespérer. Enfin heureusement …

 

Puis, d’un coup, ce fut le réveil. 

Ce n’était donc qu’un … rêve. « So is it a dream”

Enfin… Tant pis !

Et puis quoi, on est en droit de rêver, non ?

 

 

***

 

Toujours à propos de salafistes et de … rêves

 

Une interrogation qui n’arrête pas de me tourmenter l’esprit. Je vous la livre telle quelle. Toujours à propos des ces salafistes. Puisqu’on nous les ressort régulièrement pour nous les rappeler à notre bon souvenir. Ces gens, on nous les présente – et nous même d’ailleurs nous nous les représentons – qu’en tant que groupe, et jamais en tant que personne, en tant qu’individu. Ils ont eu une enfance, une adolescence tout de même et il leur en reste, il faut l’espérer, quelques chose, quelques traces et souvenirs. Non ?

Qui plus est ces salafistes ont sûrement fondé des familles, ils ont des enfants. Non ? Que font leurs enfants ? Vont-ils, comme tous les enfants à l’école publique (ou privé) ?

Ces enfants ont, comme tous les enfants du monde entier, des envies, aiment jouer, ont des rêves… Des rêves, ah! Les rêves. Mais rêver c’est nécessairement avoir de l’imagination, de l’évasion … Comment, au fait, ces parents - tout salafistes qu’ils soient ils n’en sont pas moins des parents - comment donc ces parents répondent-ils à ces envies de jouer, à ces besoins de rêver et d’évasion, d’imagination …

 

Ce n’est là qu’une simple interrogation, bien sûr. J’avoue du même coup ma totale méconnaissance du vécu et du quotidien des salafistes.

 

Mais je m’interroge : De quoi sont fait les rêves de ces enfants ?

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants