Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
08 Oct

Associations : Il y aurait, à Menzel, 24 associations (soit : 1 association pour 2.000 habitants)

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #Vie associative-Citoyenneté, #Chroniques sociales et politiques

 association.jpgLe dynamisme de la vie associative est un signe de bonne santé pour toutes les sociétés comme pour les villes. En 2009 il existerait selon les chiffres officiels plus de 9.500 associations (9.517 précisément) en Tunisie. A signaler que le nombre  d’associations aurait, toujours selon les informations officielles, "fait un bond spectaculaire" passant de 1.976 associations en 1987 à 9.715 en 2009. Ce qui donne pour l’ensemble du pays un taux de 1 association pour 1.100 habitants. Sur ces 9.517 associations il y en aurait 361 pour une ville comme Bizerte (soit 1 association pour 330 habitants) et, concernant Menzel Bourguiba, avec 24 associations (voir la liste plus bas) avec une population d’environ 48.000 habitants nous obtenons alors un rapport de 1 association pour 2.000 habitants.

 

Par comparaison pour le Maroc nous avons prés de 40.000 associations pour une population de 30 millions d’habitants environ (ce qui ferait un rapport de 1 association pour 750 habitants environ). Ce rapport passe, pour ce qui concerne la France, de 1 association pour 50 habitants. Mais il est vrai qu’il faut toujours comparer ce qui est comparable.

 

L’association est un phénomène nouveau, introduit par le protectorat, inconnu, sous cette forme, dans la société tunisienne d’alors. Certes il a existé en Tunisie des formes d’organisations sociales mais elles concernaient en priorité sinon exclusivement les groupements des corps de métiers, les corporations, la représentation des cultes …. Mais cela n’a rien à voir avec la forme associative qu’à connu par exemple l’Europe et notamment la France. Il faut savoir que la liberté d’association était une revendication qui remonte à 1790 au moment de la Révolution française. Elle ne se mit en place que très lentement. Une première fois en 1810, sous Napoléon. Puis près d’un siècle plus tard en 1901 (une loi très libérale), sous la Troisième République.

 

Concernant la Tunisie le même cycle s’est déroulé avec cependant un décalage dans le temps. Ainsi le premier Décret (du 15 septembre 1888) qui règlemente les associations en Tunisie est un texte qui s’inspire surtout de l’article 291 du code pénal français de 1810 sous Napoléon et qui impose la dissolution de toute association de plus de vingt personnes non autorisée préalablement par les pouvoirs publics. Il faudra attendre 1936 pour voir une nouvelle réglementation s’instaurer avec notamment le Décret du 6 août 1936 qui reprend les principales dispositions de la loi française de 1901 sur les associations avec des adaptations locales.

 

Enfin c’est après l’indépendance, en 1959, qu’une loi organique sur les associations sera promulguée. Elle sera modifiée et amandée en 1988 puis en 1992 (ici)

 

Donc, Menzel Bourguiba, avec ces 24 associations, n’a semble-t-il pas profité du même bond spectaculaire ou en tout cas pas avec la même ampleur. Qui plus est sur ces 24 associations on remarquera le nombre important d’associations (une dizaine environ)  dite « d’action et de développement » au sein des établissements scolaires de la ville ou encore les 6 clubs sportifs (tel le Stade africain …). Si l’on ajoute les associations en lien direct avec des structures d’accueil para officielles et institutionnelles (L’association de prise en charge des personnes âgées de Menzel Bourguiba, l’amicale de la bibliothèque et du livre de Menzel Bourguiba          …) on arrive à un résultat qui malheureusement rétrécit comme une peau de chagrin. Il ne reste en définitive, aux citoyens, que quelques associations réellement ouvertes à tous et qui offrent des espaces qui permettent un réel volontariat seul susceptible de favoriser la solidarité, le vivre ensemble mais aussi la création et l’innovation dans les contenus comme dans les méthodes d’intervention.

 

Curieux qu’une cité aussi importante que Menzel Bourguiba, avec son tissu industriel, avec tout de même une longue tradition de vie associative surtout sur le plan culturel … en soit réduite à quelques associations avec aussi peu de visibilité. Faut-il rappeler que c’est en 1922 qu’à été constituée, à côté des nombreuses autres associations européennes de Ferryville, la toute première association de tunisiens : l’association de bienfaisance musulmane. Mais il faut signaler aussi la naissance, en 1916, de la toute première association de théâtre « le groupe artistique de Sidi Abdallah ». Il est vrai que l'"Association de bienfaisance musulmane"  n’a pas duré car elle fut dénoncée par Contrôleur Civil de Bizerte qui alerta le Résident Général de l’époque sur le rôle prédominant des Destouriens dans les instances de cette association. De même dans les années 1950-60 avec le mouvement des ciné-clubs dont celui de Ferryville qui se constitue en 1952. Ou encore au cours des années 1960-70 les clubs de cinéastes amateurs (FTCA), de théâtre amateur, le club des jeunes, les anciens du collège, la commission du festival …

 

Quoi, tout cela, toutes ces expériences, seraient donc à passer par perte et profit ? Je n’ose croire que l’esprit d’initiative soit à ce point en veilleuse à Menzel. Et je ne peux me résoudre à l’idée que nous soyons, dans ce domaine particulier, dans la même situation de dégradation, de vétusté et d’appauvrissement que l’on connaît déjà (trop) dans d’autres secteurs à Menzel Bourguiba. Mais peut-être est-ce logique et que, à bien y regarder, tout est lié. Quand on ferme (ou qu’on laisse fermer) les cinémas, quand il n’y a pas (ou presque plus) d’espaces de discussions, quand la lecture (d’un livre, un journal..) est une pratique rarissime pour ne pas dire plus, quand … etc., croyez-vous que, dans ces conditions, les gens vont « se prendre la tête » et chercher à créer des associations ou participer à l’animation de la vie associative ?

 

Il est vrai que quelques associations ou groupements existent mais ne sont apparemment pas comptabilisées par les sources statistiques que je cite (l’exemple de l’Union Tunisienne d'Aide aux Insuffisants Mentaux - UTAIM, les anciens du lycée …). Ou encore l’association « SOS Guengla » qui s’est mobilisé en avril 2010 contre l’abattage des Eucalyptus (ici). Alors simple oublie ? Auquel cas il faudrait alors que l’organisme IFEDA (ici) actualise ses données. A moins que ces groupements n’ont pas, à ce jour, de reconnaissance légale ?

 

Un autre paramètre intervient très certainement dans la pratique et l’adhésion associative - c’est en tout cas ce que montre une étude sur la situation en France (qui montre que 58% des cadres supérieurs contre 30% des ouvriers sont adhérents à une association). C’est imparable car la participation aux associations est nécessairement liée au niveau de vie, de diplôme, de revenu … Mais, à bien y regarder, même dans ce cas de figure il ne semble pas, en tout cas à Menzel, que ces catégories sociales soient à ce point mobilisées dans la vie associative. Alors où est donc le hic ? Ce n’est évidemment pas le « manque de temps ». Du temps, il y en a à revendre. Il suffit pour s’en convaincre de voir le temps consacré aux jeux de carte dans les cafés.

 

Pour terminer je dirai que la statistique associative est une chose, la dynamique de la vie association est tout autre chose. On passe alors de la quantité à la qualité. Certes plus il y a d’associations, plus il y a de choix, plus il y a d’espaces de liberté et d’initiative. Il est vrai que l’esprit d’initiative dans la vie associative, comme dans la vie tout court, a besoin d’espaces de liberté. La loi sur les associations serait-elle par trop contraignante ? Serait-ce là un des nœuds du problème ?

 

Quoi qu’il en soit 24 associations pour prés de 50.000 habitants, c’est vraiment trop peu !

 

M.D.

 

 

Culturelles et artistiques (16)

 

Association locale pour l'enseignement des adultes menzel bourguiba

 

Organisation culturelle tunisienne allemande       

 

Association Majorette de Menzel Bourguiba          

 

Association d'action de développement de l'école primaire cité El Thowra  

 

Association d'action de développement de l'école primaire Sohnoun 1       

 

Association d'action de développement de l'école primaire Sohnoun 2       

 

Association d'action de développement de l'école primaire Sohnoun 3       

 

Association d'action de développement de l'école primaire Om Heni          

 

Association d'action de développement de l'école primaire Ibn Charef       

 

Association d'action de développement de l'école primaire Chaker 1          

 

Association d'action de développement de l'école primaire cité El Najeh    

 

Association d'action de développement de l'école primaire Chaker 3          

 

Association d'action de développement de l'école primaire Chaker 2

 

Amicale de la bibliothèque et du livre de Menzel Bourguiba           

 

Amicale de la maison des jeunes et de la culture cité El Najeh de Menzel Bourguiba           

 

Club des de Menzel Bourguiba

 

 

Environnement (1)

 

Association de protection de l'environnement      

 

 

Charité et secours (1)

 

Association de prise en charge des personnes âgées de Menzel Bourguiba 

 

 

Femmes (1) et (3 avec Tinja)

 

Association des femmes artisanes à Menzel Bourguiba     

 

Association des femmes artisanes Tinja  

 

Association l'espoir de développement de Tinja

 

 

Sport (6) et (8 avec Tinja)

 

Stade Africain de Menzel Bourguiba         

 

Association sportive de "El Fouleth" de Menzel Bourguiba  

 

Association sportive du Karaté "El Wifek" 

 

Club de Baseball à Menzel Bourguiba      

 

Association Atlatico de Menzel Bourguiba 

 

Club nord de rugby Menzel Bourguiba      

 

Club sportif de la pétanque Tinja

 

Association sportive Tinja          

 

 

Sources

http://www.ifeda.org.tn/francais/annuaire.php

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants