Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 May

Les Municipales 2018 à Menzel Bourguiba : Et maintenant ?

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #"Humeurs", #Chroniques sociales et politiques

Comme partout en Tunisie le grand vainqueur de ces premières élections municipales est … l’abstention. 29% de votants dans le gouvernorat de Bizerte mais 25,72% à Menzel Bourguiba car seuls 7645 électeurs sur 29.721 inscrits sont allés voter. Ce qui veut dire qu’en mai 2018 plus de 74% des inscrits ne se sont pas déplacés pour aller élire leurs conseillés municipaux et donc leur maire. Bon pour relativiser un peu ces résultats il faut rappeler que l’abstention n’est pas une nouveauté et que au cours des scrutins successifs elle n’a fait que s’accentuer : 22423 votants en 2011, 18980 lors des législatives de 2014, 16774 lors des présidentielles de 2014 et pour finir avec 7645 en mai 2018. Bref une tendance inquiétante puisqu’en 2018 il y a 3 fois moins de votants qu’en 2011. On est en tout cas loin et même très loin des 84% du temps de Ben Ali . 

 

L’abstention qui est allé en s’accentuant a évidemment des conséquences sur toutes les listes. Bien sur on sait que l’abstention favorise souvent les partis en place et surtout les plus organisés et qui ont les moyens financiers et logistiques. Cependant le recul affecte cette fois toutes les lites partisanes. Mais il y en a qui sont plus touchées que d’autres. Ainsi il y a Ennahda, le parti arrivé en tête à Menzel, qui recule passant de 10.500 voix pour la constituante en 2011 à 5200 voix environ en 2014 et 2778 en 2018 perdant ainsi plus de 7700 voix (70%) entre 2011 et 2018. Il y a aussi Nida Tounes qui passe de 7400 voix en 2014 à 1464 voix en 2018 avec une perte sèche de prés de 6000 voix (81%) entre 2014 et 2018.

 

Avant d’aller plus loin il faut d’abord se rendre à l’évidence : il y a toujours et encore environ 50% des tunisien(ne)s en âge de voter qui  boudent les urnes et restent indifférents à la participation aux élections soit parce qu’ils et elles ne se sont pas inscrit(e)s sur les listes électorales soit, s’ils sont inscrits, refusent de voter. Il n’y a donc pas seulement l’abstention qui constitue un handicap à la citoyenneté. Bien sur il n’est pas question ici de jeter la pierre aux gens qui ne veulent plus se laisser abuser par les politiciens. Mais dommage car Les élections en général et les municipales en particulier seront ce que les électeurs qui votent en feront ! Les absents, même si c’est leur droit de ne pas voter, ont cependant tord. Ils auraient pu voter « blanc » cela aurait été un avertissement fort.  

 

Heureusement il y a aussi de bonnes surprises. Et l’une d’elles provient de la poussée des listes indépendantes et c’est un phénomène qui touche l’ensemble de la Tunisie . Et c’est peut-être ce qui relativise la tendance inquiétante de l’abstention et qui montre que quand la société civile en a la volonté et s’en donne les moyens elle peut montrer qu’il peut y avoir une alternative à l’abstention et à l’indifférence. Avec  2728 voix l’ensemble de ces listes indépendantes à Menzel Bourguiba font jeu égal avec Ennahda (2778) et dépasse largement Nida tunes (1464). Et même si l’on ne prend en compte que les deux listes progressistes et citoyennes (la 4 et la 7) elles totalisent 1782 voix et dépassent ainsi Nida Tounès. J’avoue que je ne m’attendais pas à une telle percée et je pensais même que l’abstention favoriserait avant tout les 2 grands partis. 

 

L’autre bonne nouvelle c’est l’élection de nombreuses femmes et de nombreux jeunes  dans les nouveaux conseils municipaux. 47% des femmes ont ainsi été élues dans tout le pays toutes listes confondues. C’est une avancée importante, grâce à la parité inscrite dans la loi électorale, pour toute la société tunisienne qui ne fait ainsi que reconnaître la place et le rôle des femmes et des jeunes dans le pays.

 

Ainsi les résultats du vote ont montré qu’il y avait une autre manière, citoyenne celle-là, de dénoncer les dérives des partis qui dominent la vie politique depuis 2011 et 2014 et cette manière a payé. Bien sur il y a comme ont dit « à boire et à manger » parmi ces « listes indépendantes » mais certaines sont incontestablement des listes citoyennes. Après il faudra de toute manière voir à l’usage lorsque le conseil municipal et le (la) maire commenceront à travailler. Mais d’ores et déjà un premier et grand enseignement : on peut faire face à ceux qui détiennent le pouvoir par l’action citoyenne ! Mais il faudra aussi, pour pérenniser et approfondir la pratique démocratique, instituer une démocratie participative en associant les citoyen(ne)s et la société civile aux décisions et ne pas se contenter de les appeler à voter tous les … 5 ans ! D’autant que l’action municipale, qui est une action de proximité, s’y prête davantage. C’est sans doute cela aussi que l’on doit attendre des listes citoyennes et des élu(e)s. D’autant que ces élections municipales devraient en toute logique  – si les élu(e)s arrivent à résister aux manœuvres politiciennes et ne pas se laisser happer par les sirènes du  clientélisme -  permettre, au moins partiellement, un renouvellement des acteurs et du personnel politiques dans tout le pays et, il faut l’espérer, l’instauration de nouvelles pratiques et de nouvelles mœurs dans la vie publique en général et dans les partis politiques en particulier. Une des conditions pour cela les élus doivent agir dans la transparence et avec l’appui des citoyen(ne)s. 

 

Menzel Bourguiba comme l’ensemble du pays ont en grandement besoin ! C’est aussi  l’un des biais qui permettra, peut-être, de faire revenir les citoyen(ne)s qui ont perdu confiance dans la chose politique.   Enfin une dernière chose, et cela me semble important, il faut que les associations gardent leur caractère en tant que contre-pouvoir et ne se transforment pas en simple courroie de transmission de tel ou tel.

 

Le 27 mai 2018
Mohsen Dridi

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants