Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
05 May

Elections municipales le 6 mai 2018 à Menzel : il faut aller voter pour les listes indépendantes

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #Chroniques sociales et politiques, #"Humeurs"

« Pourquoi me déplacer pour aller voter ? Qu’ont-ils fait jusqu’à présent pour nous ? ». Voilà l’argument massue que ne cessent de répéter les tunisien(ne)s pour expliquer leur position à propos des élections municipales de ce 6 mai 2018. Voilà une erreur qui n’aura pour résultat, dans l’immédiat, que de donner les clés des municipalités aux partis politiques qui dominent et détiennent les rênes du pouvoir depuis octobre 2011. 

 

Le « Qu’ont-ils fait … » signifie clairement que les citoyen(ne)s continuent de penser le pouvoir dans les mêmes termes qu’avant la révolution. Il est vrai que ceux qui ont eu le pouvoir et qui ont dirigé le pays depuis les élections de 2011 et/ou  2014 ont quasiment reproduit les même pratiques que sous l’ancien régime. Il y a même un recul considérable en comparaison de l’effervescence et de la mobilisation constaté lors des premières élections libres en octobre 2011. Déjà en 2011 il n’y avait que la moitié du corps électoral qui est allé voter mais chacun pouvait espérer que le personnel politique  venu après la révolution allait faire acte de pédagogie pour ramener les abstentionnistes de 2011. Non seulement rien n’a été fait mais c’est même le contraire que l’on a vu à l’œuvre avec pour résultat, si l’on n’en croit et les sondages et l’état de l’opinion pour peu que l’on soit à l’écoute de celle-ci, une abstention record pour ces élections. Est-ce l’expression d’une défiance ? A défaut d’être représenté par un mouvement politique et d’avoir une traduction politique organisée, cette défiance risque de s’exprimer par … l’indifférence. 

 

Alors « Tous pourris ? » Déjà ? 7 années seulement après la révolution la société tunisienne aurait ainsi parcouru, en concentré, le chemin que les sociétés occidentales - qui ont pourtant une tradition démocratique - ont mis prés d’un siècle. 

 

Si tel est le cas la responsabilité première en revient aux organisations, aux personnels politiques, aux institutions, aux médias, aux syndicats, aux associations … etc,  bref à tous ceux qui, à un titre ou l’autre, ont joué un rôle dans tous les corps intermédiaires après 2011. Bien sur il y a, et il faut le rappeler, tout le poids du passif légué par 50 ans d’autoritarisme et de la négation même de la notion de citoyenneté mais le spectacle donné par ceux arrivés au pouvoir après 2011 n’a pas arrangé les choses Il en a même aggravé les pires travers.

 

Mais malgré tout cela les gens n’ont pas pour autant raison de tourner le dos aux premières élections locales libres. Le « qu’ont-ils fait.. » n’est pas un argument recevable et acceptable. Les élections municipales seront ce que les électeurs en feront ! Un point c’est tout ! Ne pas voter c’est ouvrir un boulevard aux partis qui ont mené le pays dans la situation que l’ont sait et leur offrir gracieusement les clés de la ville qui leur permettront d’accentuer leur pouvoir pour gagner les prochaines élections législatives et présidentielles en 2019.

 

Peut être que les choix offerts aux citoyen(ne)s ne sont pas satisfaisants en terme de projets et de listes. Mais pour une fois il y a de nombreuses listes indépendantes qui peuvent constituer un début d’alternative. Et même si elles n’ont que peu de chances d’obtenir la majorité dans la plupart des municipalités elles peuvent constituer un contre pouvoir indispensable pour ne pas laisser le champ libre aux conservateurs qui ne peuvent que reproduire la corruption et le clientélisme alors que c’est justement contre cela que les jeunes se sont révoltés en décembre 2011.

 

Les listes indépendantes sont très nombreuses dans tout le pays et c’est un signe de vitalité de la société civile. Certes il y a dans ces listes indépendantes « à boire et à manger » comme on dit. Mais les faussaires et les corrompus, car il y en a, peuvent être facilement décelés et identifiés dans ces élections locales.


A Menzel Bourguiba il y a là également matière à débat et le choix de ne pas laisser les partis (Ennahda et Nida Tounès) qui sont responsables de la situation dans laquelle se trouve le pays faire en plus main basse sur la ville. Mais pour cela il faut que les menzélien(ne)s aillent voter le 6 mai 2018. 


Pour ma part j’ai été quelque peu déçu d’apprendre que les militant(e)s honnêtes de la société civile n’aient pas su trouver le moyen de se rassembler dans une liste commune et que l’on se retrouve avec 2 listes indépendantes (La 4 et la 7). J’espère qu’ils en tireront les enseignements plus tard car d’autres échéances sont à venir. Mais pour l’heure et surtout pour le dimanche 6 mai 2018 chaque habitant de Menzel inscrit sur les listes électorales doit prendre ses responsabilités et ALLER VOTER pour l’une ou l’autre de ces listes.

Mohsen Dridi

le 5 mai 2018

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants