Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 Sep

"Humeurs" : Septembre 2017 - 1

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #"Humeurs", #Chroniques sociales et politiques

Résultat de recherche d'images pour "septembre" Chamseddine dit avoir enterré des centaines de migrants en 12 ans... (DR)

D’une rive …

Acharnement !  

 En cherchant à intégrer les dispositions de l’état d’urgence dans la nouvelle loi dite de « sécurité intérieure » en discussion au Parlement, après avoir tout fait pour empêcher les ONG de secourir les migrants en mer méditerranée, après l’acharnement judiciaire contre Cédric Hérou « coupable » de solidarité envers les migrants ou encore la récente condamnation de Pierre-Alain Mannoni pour le même délit de solidarité il y a lieu de s’inquiéter sérieusement et de s’interroger sur cette dérive qui fait de la solidarité avec les migrants et les réfugiés un …délit. Or comme le rappelle justement la LDH, Cédric Herrou n’est au fond qu’un « lanceur d’alerte de la démocratie en France » et le harcèlement dont il est l’objet « atteste d’une dégradation de l’Etat de droit qui engage la responsabilité du ministre de l’Intérieur et de l’institution judiciaire ». Fragiliser les acteurs de la solidarité, voilà sans doute le but visé. Mais qu’on ne s’y trompe pas car, et comme chacun le sait depuis fort longtemps, les immigrés jouent le rôle de révélateurs de l’état du pays et de la société et les mesures que l’on commence à leur appliquer aujourd’hui pourraient être, à terme, appliquées à tous !

 

*********************

… à l’autre

Libertés !

 Depuis la révolution et avec le processus de transition vers la démocratie la société tunisienne est confrontée à plusieurs fronts qu’elle doit mener presque simultanément. Il y a bien évidemment le front économique et social – et surtout la question de la justice sociale – mais il y a aussi le front politique et démocratique et singulièrement la question des libertés individuelles. Il n’y a pas de démocratie et d’Etat de droit sans que soient garantie les libertés individuelles. Et contrairement à l’idée répondue selon laquelle il y aurait en Tunisie d’autres « priorités » et d’autres urgences, les expériences dans le monde montrent au contraire que plus il y a de libertés dans un pays et plus on est en mesure d’arracher des droits économiques et sociaux. Et en Tunisie si la liberté d’expression apparaît comme le principal acquis de la révolution il reste encore de nombreux obstacles pour pérenniser et garantir les libertés individuelles. C’est une bataille quasi permanente contre les tentations autoritaires de plus en palpables de certains secteurs de l’administration sécuritaire. La récente expulsion du prince Hicham Ben Abdallah Alaoui en est une illustration flagrante. Non seulement c’est une atteinte à la liberté d’expression mais elle touche également au principe des libertés académiques et la liberté de la recherche scientifique pourtant garanties par l’Art. 33 de la Constitution. Et les réactions au niveau de l’exécutif - une enquête serait paraît-il ouverte à ce sujet - posent néanmoins de sérieuses questions quant au disfonctionnement de l’Etat – si disfonctionnement il y a eu - d’une part et quant à l’absence et au silence assourdissant de la justice d’autre part, une absence remarquée depuis un certain temps. La société civile et les associations de défenses des droits de l’homme ont heureusement réagi et c’est tant mieux car, et chacun en est conscient, c’est cette vigilance de tous les instants, pied à pied et à chaque fois qu’il y a atteinte aux libertés, qui fera reculer les tentations autoritaires. Et les avancées récentes en matière d’égalité entre hommes et femmes en témoignent.

 

Dignité !

Chacun a entendu parler de Chemssedine ce pêcheur de Zarzis qui, depuis douze ans et afin de rendre un peu de dignité aux victimes (dont de nombreux subsahariens), enterre les corps des migrants morts au large et que la mer rejette sur les côtes. Malheureusement le phénomène risque de prendre de l’ampleur suite aux décisions de l’UE d’empêcher les secours en mer. Les associations en Tunisie ont pleinement compris le message de Chemssedine et se mobilisent pour que l’Etat apporte son aide afin que ces victimes de la traversée de la mort puissent être enterrées dignement dans un cimetière qui leur soit réservé et surtout qu’elles soient enregistrées et identifiées afin que les familles, demain, puissent retrouver leurs traces et faire leur deuil. Les tunisiens et les familles qui ont subit dans leur chair de telles tragédies après 2011 savent ce qu’il en coûte de ne pouvoir faire le deuil de leurs disparus. Voilà pourquoi c’est à l’honneur de la Tunisie et des tunisien(ne)s qu’un tel projet aboutisse ! Cela s’appelle : dignité et humanité ! 

Mohsen Dridi

La photo est tirée de "l'Humanité".

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants