Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
05 Feb

Humeurs (Janvier 2017 - 2)

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #"Humeurs", #Chroniques sociales et politiques

Afficher l'image d'origine

 

D’UNE RIVE …

 

Faciès

Après le Défenseur des droits, la cour d’appel de Paris et la Cour de cassation, voilà que le Conseil constitutionnel recadre à son tour les contrôles d’identité. « La succession de ces décisions, avis et recommandations venant des plus hautes autorités judiciaires, constitutionnelles et consultatives, impose aujourd’hui au législateur de réformer en profondeur le droit des contrôles d’identité pour ne les admettre que s’ils sont fondés sur des critères objectifs et effectués dans le seul but de la prévention et de la répression des infractions pénales et d’imposer la délivrance d’un récépissé de contrôle ». Voilà à nouveau l’Etat rappelé à l’ordre et invité à entreprendre les réformes attendues sur les contrôles d’identité qui doivent « s’opérer en se fondant exclusivement sur des critères excluant toute discrimination de quelque nature que ce soit entre les personnes ». Evidemment rappeler le droit est important et indispensable. Mais est-ce suffisant ? Car beaucoup se joue dans les comportements des policiers eux-mêmes, au quotidien, en infraction avec le code de déontologie de la police nationale et aggravé, le plus souvent, par l’absence de poursuites judiciaires contre les fonctionnaires incriminés. Le contrôle au faciès est une réalité ! Il ne serait même selon de nombreuses associations que « la partie émergée d’un iceberg d’abus policiers bien plus graves » que sont les contrôles abusifs et plus généralement des rapports qu’entretient la police avec la population au point que « la simple interaction avec des policiers peut légitimement inquiéter une partie de la population, qu’elle ait ou non déjà commis un délit » (voir le dossier « Stop le contrôle au faciès »). Le contrôle au faciès est non seulement une réalité mais c’est également un révélateur.

 

Québec : Terrorisme !

L’attentat d’extrême-droite de Québec a fait six morts (dont un tunisien, Boubaker Thabti) et plusieurs blessés. Ces victimes innocentes comme celles des attentats de Paris, Bruxelles, Le Bardo, Sousse … payent là le tribut de la folie meurtrière qu’entretiennent les fascismes de tous bords (nationalistes d’extrême droite, identitaires, jihadistes …) tous partisans du « choc des civilisations ». Il y a ceux qui passent à l’acte en assassinant et il y a ceux qui orientent idéologiquement et politiquement, ceux qui financent et arment les assassins… Et chacun peut maintenant – si tant est qu’il ait pu y avoir un doute à ce sujet - se rendre compte combien l’amalgame musulmans = terroristes, volontairement entretenu ces dernières années, est porteur de dérives assassines. Mais bien sur attention aux raccourcis faciles et aux amalgames y compris même quand le tueur de Québec se dit admirateur de D. Trump et M. Le Pen.

 

 

… A L’AUTRE

 

Lapsus ?

« On doit évoquer les terrains qui appartenaient aux juifs, que dieu vous en préserve ». En prononçant ces mots au sein de l’ARP la députée n’imaginait pas qu’elle allait déclencher une telle levée de boucliers dans l’hémicycle comme dans le pays. Elle ne faisait, pensait-elle, que répéter, « simplement », une expression tellement « banale ». Pressée par la société civile et se rendant sans doute compte, après coup, de l’énormité de ses propos elle a finalement présenté ses excuses en disant que c’était « un … lapsus ». Mais un lapsus révélateur qui en dit long sur l’état d’une partie de notre société. Que de fois n’avons-nous entendu « Ihoud hachekom » quand on parle des juifs, « Ouçif » quand on parle des personnes de couleur noire … des termes tellement banalisés n’est-ce pas. Et c’est là où le bât blesse, c’est justement cette banalisation qui donne à des propos inadmissibles en « normalité ». Et souvent ceux qui tiennent ces propos s’étonnent qu’on le leur reproche. Décidemment le vote d’une loi contre le racisme urge. Mais cela restera insuffisant car c’est au niveau de l’éducation au sein des familles, de l’école, par des émissions pédagogiques dans les médias … que l’on pourra inverser la vapeur et former une véritable opinion antiraciste. Et heureusement qu’il y a des gens qui ont rapidement réagi pour condamner de tels propos non pas par plaisir d’enfoncer une députée - certainement dépassée par ce qu’elle a déclenché même si ses propos sont inexcusables - mais plus encore pour empêcher que cela ne se « banalise » davantage. On se souvient des actes inadmissibles il y a peu encore – mais qui deviennent récurrents – contre des étudiants subsahariens. C’est une bataille certes judiciaire mais aussi politique, culturelle, éthique. Car au-delà des dénonciations collectives nécessaires à travers les médias, les réseaux sociaux, les associations …, les droits de l’homme sont des valeurs qui se mesurent d’abord dans la pratique de chacun(ne) et au quotidien et rien n’est jamais acquis définitivement.

 

UGTT

Le 23ème congrès de l’UGTT vient de se terminer et une nouvelle direction élue. La date en ce 26 janvier comporte une double symbolique : à la fois les 70 ans de la naissance de l’UGTT en 1946 mais également celle du « jeudi noir » suite à la grève générale lancée par le syndicat et la répression qui s’en est suivie en 1978 et dont les victimes viennent d’être, enfin, auditionnées par l’IVD constituant ainsi une reconnaissance officielle par l’état de leur statut de victimes après l’avoir été, par le pays, depuis longtemps. L’UGTT est une institution populaire incontournable et indispensable en Tunisie qui consacre ainsi le rôle du mouvement ouvrier et syndical dans toutes les batailles : contre le colonialisme, pour la justice sociale, pour la démocratie … Et pour ce faire il a fallu à chaque fois réaffirmer et parfois se battre pour l’autonomie de l’organisation syndicale. C’est là un acquis considérable y compris bien sur pour les tunisien(ne)s à l’étranger. Et la FTCR comme toutes les associations démocratiques et autonomes ont raison d’appeler au renforcement de « l’action commune entre l’UGTT et les associations démocratique de l’immigration » surtout « au moment où des menaces se précisent contre le droit des migrants au nord de la méditerranée et où les pressions se font de plus en plus forte pour que la Tunisie devienne une prison pour les migrants et les refoulés du droit d’asile ».

 

Municipales

Après plus d’une année d’atermoiements et de blocages des élus conservateurs et surtout d’Ennahda l’ARP s’est finalement décidée à adopter la loi pour les élections municipales et régionales lesquelles, pour les municipales en tout cas, pourraient se tenir avant la fin de l’année. Et les militaires comme les sécuritaires pourront voter à ces élections comme tous les citoyen(ne)s. CE n’est que justice car les droits de l’homme comme les libertés ne sauraient être à géométrie variable.

 

Mohsen Dridi

Le 31 janvier 2017

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants