Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Feb

Humeurs (Février 2017 - 1)

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #"Humeurs", #Chroniques sociales et politiques

Résultat de recherche d'images pour "justice pour théo"

D’UNE RIVE …

Justice pour Théo !

Voilà à nouveau sur la sellette les abus des contrôles policiers. Et comme souvent avec les 3 éléments – toujours les mêmes - qui les caractérisent : Contrôle aux faciès, contrôles visant avant tout les jeunes, contrôles s’effectuant surtout dans les quartiers populaires. Mais cette fois, à Aulnay s/bois, et au vu de la violence subie par le jeune Théo il devenait difficile pour les autorités de ne pas réagir. Car ce dont il est question ici c’est de la crédibilité de l’Etat au plus haut niveau – et plus seulement de la police - qui a la charge et la responsabilité d’assurer et de garantir l’égalité de traitement de tous et surtout en matière de contrôles policiers. Evidemment en rappelant d’abord le droit. Mais il semble bien qu’en la matière cela est insuffisant et ne répond pas à l’attente des populations des quartiers populaires qui vivent au quotidien ces contrôles. « Car beaucoup se joue dans les comportements des policiers eux-mêmes, au quotidien, en infraction avec le code de déontologie de la police nationale ». Et cela est même très souvent aggravé par l’absence de poursuites judiciaires contre les policiers incriminés. Et c’est ce que ne supportent plus les jeunes, les familles et en général les citoyens dans les cités et quartiers populaires. Et le ral’bol est à la mesure des attentes en matière de traitement et de justice. Les policiers ne doivent pas agir et réagir comme un « corps » étranger et hostile à-priori, avec les habitants de ces quartiers. Cela dure depuis trop longtemps et si nous avons besoin d’une police forte nous avons surtout besoin d’une police juste ! Et une police juste c’est une police qui n’accepte pas que certains policiers abusent de leur pouvoir. La violence, autant physique que verbale, subit par le jeune Théo, est horrible et inqualifiable. Pourtant elle est, pourrait-on dire, le lot presque quotidien et « banal » de la plupart des jeunes dans les banlieues. C’est une réalité. Certains vivent cela non seulement comme une injustice – une de plus - mais aussi comme de la « hogra » (humiliation). Voilà pourquoi l’institution judiciaire est l’ultime espoir pour faire bouger les choses et rappeler que le droit s’applique à tous y compris et peut-être surtout à ceux qui sont « dépositaires de l'autorité publique » car ils sont censés être exemplaires. En particulier dans un contexte électoral où les tentations d’instrumentalisation sont grandes. Surtout quand on croit savoir que « de plus en plus de policiers et de gendarmes sont tentés par le vote Front national » (cf. Cevipof). El les conclusions du rapport de l’IGPN ne font que rajouter le trouble à l’inquiétude et l’idée d’une commission d’enquête impartiale s’impose de plus en plus. En attendant : « Justice pour Théo ! ».

 

… A L’AUTRE

Réadmission ?

La Tunisie vient de signer des accords de coopération avec l’Italie et l’Allemagne. Il faut espérer que cette coopération ne soit pas le simple résultat d’un marchandage indigne au nom d’une prétendue « maitrise » des flux migratoires et avec pour seul soucis de répondre aux exigences des pays européens en matière de « réadmission » faisant alors de la Tunisie non seulement une espèce de garde-frontière extérieure de l’UE mais peut être aussi un camp pour y enfermer les migrants qui seront expulsés de ces pays comme cela s’est passé avec d’autres pays (Libye, Maroc, Turquie, Ukraine…). Et cela au mépris des droits humains les plus élémentaires. Le camp de Choucha reste dans les mémoires. Il faut espérer que l’ARP et notamment les élu(e)s représentants les tunisiens à l’étranger demandent des éclaircissements au gouvernement tunisien et que la société civile fasse preuve de la plus grande vigilante.

 

Mohsen Dridi

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants