Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
03 Dec

Humeurs : Novembre 2016 (II)

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #"Humeurs", #Chroniques sociales et politiques, #immigration

Afficher l'image d'origineHumeurs Novembre 2016 (II)

IMMIGRATION 

Communautarisme !?

Que de fois n’a-t-on, ces dernières décennies - au gré des circonstances et des contextes - stigmatisé tantôt les arabes, tantôt les maghrébins, tantôt les musulmans, voire même les jeunes issus de l’immigration, les habitants des quartiers populaires … les accusant d’entretenir le « communautarisme ». Et, comme chacun sait, le communautarisme c’est toujours … « les autres ». Un « repli communautaire » incompatible avec les valeurs de la république nous répète-t-on ! Or voilà que, après les Etats-Unis et l’élection de D. Trump, en France également apparaît le spectre d’un repli identitaire, d’un communautarisme qui ne dit pas son nom, autrement plus dangereux et qui se présente – abusivement - comme l’expression de la majorité des français. De ce communautarisme ci on retient et on insiste beaucoup sur sa dimension identitaire et populiste dont on pensait qu’elle était surtout portée jusque là par le FN et les divers courants de l’extrême-droite - un communautarisme à la fois « blanc », nationaliste (qui affiche une xénophobie assumée et, diront certains, « décomplexée ») et populiste (puisqu’il prétend incarner à lui seul le « vrai » peuple à l’exclusion de tous les autres membres). Or on constate clairement aujourd’hui que ce repli identitaire déborde largement les milieux traditionnels du FN et touche de larges secteurs de la Droite classique et conservatrice. Et si l’on assiste effectivement à une radicalisation de cet électorat sur les questions sociétales et surtout sur l’immigration on ne doit pas oublier que l’essentiel de sa force réside aussi dans le contenu économique et social de son projet. Le projet ultra libéral du vainqueur de la primaire de la Droite annonce une casse sociale sans précédent et surtout une remise en cause, en profondeur, de la protection sociale (suppression de l’ISF, réduction des dépenses publiques, baisse des charges pour les entreprises, dégressivité des allocations chômage …).  Du Thatchérisme à la française avec 35 ans de retard, mais c’est dans l’ère du temps. Faut-il s’en étonner lorsque les électeurs à la primaire de la Droite sont surtout des retraités plutôt aisés (58%), disposant d’un patrimoine plutôt élevé (45%) et d’un revenu mensuel dépassant nettement les 3.500€, lesquels déclarent en plus éprouver un sentiment religieux (50%), et parmi eux 47% pensent « qu’il y a trop d’immigrés » et que « l’islam est une menace pour l’occident » (cf. enquête Cevipof – nov 2016). En clair ceux qui en supporteront les conséquences sont toujours les mêmes : Dans l’immédiat, certes, ces « autres » : les étrangers, les réfugiés, les migrants, les quartiers populaires (Remise en cause du droit du sol, durcir  des conditions du regroupement familial, subordonner l’immigration à des critères ethniques et régionales, suppression de l’AME, modification en profondeur du régime des prestations sociales pour les étrangers,…) mais, à terme, toutes les classes populaires et moyennes de ce pays (ouvriers et employés, fonctionnaires, cadres moyens, petits agriculteurs, femmes au foyer, chômeurs, précaires …) y compris ceux, qui se sont laissés aspirer par les sirènes identitaires. Il faut dire que la gauche au pouvoir leur a largement ouvert la voie ou plutôt un boulevard avec les reniements et les promesses non tenues et plus encore avec les mesures scandaleuses prises dans le cadre de l’état d’urgence (la déchéance de nationalité …).

 

***

 

TUNISIE 

Justice !?

Ces derniers temps en Tunisie la justice est, à nouveau, au cœur des débats et des polémiques. CSM, auditions publiques de l’IVD, procès à des assassins présumés de Chokry Belaïd et de Lotfi Nagdh … L’élection du CSM (Conseil supérieur de la magistrature) était un pas qui pouvait (et peut) répondre aux attentes légitimes des citoyens à propos de l’indépendante de l’autorité judiciaire et, donc, de la justice. Cette indépendance est certes garantie par les textes mais … elle se vérifie d’abord et en dernier ressort dans la pratique donc dans les jugements qui sont prononcés. Or ce qui se passe avec le procès des assassins de Chokry Belaïd (reporté pour la énième fois), avec l’acquittement des prévenus dans l'assassinat de Lotfi Nagdh, avec aussi la multiplication des poursuites judiciaires contre des journalistes … laisse un goût amer et installe inévitablement le doute dans l’esprit des Tunisiens. La justice tunisienne pourra-t-elle enfin s’émanciper de la tutelle et de l’instrumentalisation politique héritée de l’ancien régime ? D’ordinaire, dans un Etat de droit, on ne remet pas en cause les décisions de justice notamment que les voies de recours (en Appel) sont encore possibles. Soit ! D’autant que nous avons besoin en Tunisie que s’instaure cette culture du respect des règles de l’Etat de droit pour sortir de l’arbitraire, de l’autoritarisme, du clientélisme … qui prévalaient jusque là. Les décisions de justice, quelles qu’elles soient, doivent effectivement être respectées, appliquées et ne peuvent être modifiées que par le droit lui-même. Pour autant l’indépendance de l’institution judiciaire (et des juges) ne saurait, à son tour, porter atteinte à la liberté d’expression (ou à celle de la presse) qui est également un des fondements de la démocratie et de l’Etat de droit. L’opinion publique comme la presse ont le droit de s’interroger sur le fonctionnement de l’institution en évitant certes les diffamations, insultes, outrages à magistrats … Au fond le débat sur la justice aujourd’hui n’est peut-être pas seulement technique (au sens juridico-judiciaire du terme) - bien que cela soit important pour tout le monde et pour ceux, victimes ou prévenus, directement concernés - mais également philosophique et qui relève et interpelle autant l’éthique que la déontologie de chacun, dans son domaine, et qui concerne, pour le coup, toutes les institutions et tous les corps de métiers et pas seulement la magistrature. Une question et une interrogation qui prendra du temps et qui reviendra sur le tapis de manière récurrente. Et les magistrats doivent l’admettre et l’accepter ! Mais, en attendant, ce qui importe pour les Tunisiens c’est que la justice soit rendue et les assassins de Lotfi Nagh, Chokry Belaïd, Mohamed Brahmi ... et leurs commanditaires identifiés ! Est-ce trop demander ?

 

Mohsen .Dridi. 

Commenter cet article
T
Thanks for the nice blog. It was very useful for me. I'm happy I found this blog. Thank you for sharing with us,I too always learn something new from your post.
Répondre
ع
very nice im gona follow this site from now till the end of my life haha:) very nice job!!
Répondre
R
We keep up with the latest techniques of building and have qualified tradesmen to ensure that your job/project is carried out safely.
Répondre
M
learn to never give up, you have to learn the power and wisdom of site hereunconditional surrender, and that one doesn’t cancel out the other;
Répondre
B
I like the gainful knowledge you give in your articles. I'll bookmark your site and check again here habitually.
Répondre

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants