Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Nov

Humeurs : Octobre 2016 (II)

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #"Humeurs", #Chroniques sociales et politiques

Le texte qui suit est le dernier d'une série de chroniques commencées en mai 2015 et publiées 2 fois par mois sur le site de la FTCR. Ces chroniques abordent à chaque fois la situation de l'immigration en France et de l'actualité tunisienne. Je commence ici la reproduction de ces chroniques sur le blog de Menzel.

 

Immigration : 3671 morts

D’après l’OIM, « au 23 octobre, 328 225 migrants et réfugiés sont entrés en Europe par la mer en 2016, principalement en Grèce et en Italie.(…) Environ 3 671 personnes ont trouvé la mort en tentant la traversée en 2016 » (chiffre en dessous de la réalité car selon certaines sources on se rapproche plutôt des 4000 morts en cette fin octobre). Dans le monde on compte plus de 5200 morts en 2016. 3671 morts et le bilan de l’année 2016 risque d’être encore plus dramatique. Et dans ce décompte macabre « Mare Nostrum » (notre mer) demeure (et demeurera dans la mémoire collective) un sinistre cimetière marin. Et pour ceux qui arrivent à passer le cap de la traversée il y a encore les difficultés, les tracasseries de « l’accueil » et du tri organisés aux frontières de l’UE et surtout des violences dont ils sont l’objet. « Après avoir effectué des traversées traumatisantes, des boat-people peuvent se retrouver barricadés durant des semaines voire des mois. Des centaines de milliers de personnes, parfois présentes depuis longtemps au sein de l’UE, sont enfermées, très souvent sans informations sur leurs droits, pour des périodes pouvant aller jusqu’à 18 mois comme en Bulgarie, en Grèce, à Malte et à Ceuta et Melilla ». Pour ceux qui arrivent par l’Italie nombreux viennent de l’Afrique de l’est (Soudan, Érythrée, Somalie …). Ceux là même que l’on retrouve à Vintimille, à Calais et de plus en plus à Paris. La « jungle » de Calais a bel et bien été démantelée et nombre de réfugiés ont été installés dans les différents CAO. Mais d’autres réfugiés, dont de nombreux mineurs, sont encore dans la région de Calais ou à Paris dans l’espoir et avec la ferme intention de rejoindre la GB. Selon les associations le dispositif de l’Etat correspond à une partie des besoins des migrants mais pas à ceux qui veulent passer Angleterre ou qui ont été déboutés du droit d’asile et inévitablement « des personnes vont continuer à arriver dans le calaisis et auront besoin d’un hébergement ». Et comme le rappelle très justement le Gisti « Les campements indignes de Paris, comme les jungles de Calais et de tout le littoral nord français, comme les regroupements à Vintimille et le long de la frontière avec l’Italie, ne sont que les effets de politiques hostiles aux étrangers. Toutes ces nasses où viennent échouer celles et ceux qui ont été désignés comme indésirables sont les symptômes de l’impasse où mènent ces politiques. D’autant que « le système d’asile, de l’enregistrement des demandes à leur examen, continue d’être caractérisé par des dysfonctionnements systémiques, parfaitement identifiés, mais jamais résolus ». Le problème se pose donc aussi bien à Calais qu’à Paris où va être ouvert un « camp humanitaire » pour accueillir justement les migrants. Bref il faut sortir des politiques de courtes vues et adopter, enfin, une véritable politique d’accueil des réfugiés, respectueuse de leurs vies, de leurs droits, et de leur santé.

 

Tunisie : Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM)

L’élection du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) s’est déroulée le 23 octobre 2016 et les résultats n’attendent plus que leur officialisation définitive par l’ISIE. Ces élections se sont déroulées dans un climat et dans un contexte difficiles dans le milieu de la magistrature en raison notamment de la grève des avocats. Une grève des avocats portant sur des revendications en lien avec les mesures fiscales les concernant dans le projet de la loi de finances et qui, à-priori, n’avait rien à voir avec l’élection du CSM (voir à ce sujet la pétition qui circule). Cette grève n’en a pas moins eu pour conséquence une très faible participation du corps des avocats lors de ce scrutin au CSM. On peut regretter et s’inquiéter, comme le fait l’association des magistrats tunisiens (AMT), que certains juges, notoirement connus pour leur accointance avec l’ex RCD et pour leur rôle sous le régime de Ben Ali, aient été élus. Faut-il pour autant craindre un retour à l’instrumentalisation politique de la magistrature ? Pas nécessairement car, rappelle l’association, «  les défenseurs de l’indépendance de la magistrature et les militants de l’association des magistrats de l’ordre judiciaire, administratif et financier ont remporté la plupart des sièges au Conseil supérieur de la magistrature ». D’autant concernant le scrutin lui-même il n’y a rien à redire et tout semble s’être passé dans la transparence. Cette élection du CSM était attendue depuis longtemps et, en soi, c’est une victoire contre tous ceux qui ont tout fait pour la retarder pour des raisons bassement politiciennes et partisanes. En effet le CSM était l’institution qui manquait pour, enfin, mettre en place la Cour Constitutionnelle. Et ce n’est pas rien puisque c’est l’élément principal dans le dispositif et dans la mise en œuvre de l’Etat de droit fondé, faut-il le rappeler, sur l’indépendance de la justice ! Cependant et s’il faut se féliciter que ce pas ait été franchi il n’en demeure pas moins une question légitime : Le CSM en tant qu’institution, bien qu’importante, n’est cependant que le contenant et c’est, en dernier ressort, le contenu qui est déterminant c’est à dire la capacité et la volonté d’indépendance des magistrats qui y siègeront ! C’est cette indépendance de l’autorité judiciaire et des juges eux-mêmes qui garantiront une justice réelle. Et cela ne pourra se mesurer que dans la pratique au quotidien. Les tunisien(ne)s en savent quelque chose et attendent beaucoup de la concrétisation, au quotidien, de cet acquis politique et institutionnel. Encore faut-il que les magistrats arrivent à se débarrasser du traditionnel conservatisme au sein de leur corporation.

 

Le 31 octobre 2016

Mohsen Dridi

 

Pour voir tous les textes précédents (de mai 2015 à octobre 2016) : ici

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants