Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Nov

Et Ferryville fut baptisée Menzel Bourguiba : Oui mais qui, quand et comment ?

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #Saviez-vous que ..., #Récits, #ballades ..., #Mémoire, mémoires

Et Ferryville fut baptisée Menzel Bourguiba : Oui mais qui, quand et comment ?

Et Ferryville fut baptisée Menzel Bourguiba : Oui mais qui, quand et comment ?

Fundus Bassianus, Bordj-El-Caïd, Sidi-Saïd, Sidi-Abadallah, El-Kçiba, Ferryville … et aujourd’hui Menzel Bourguiba. Voilà quelques uns des noms qui ont été, selon les moments, donné à notre ville.

J’avais déjà écrit un petit texte à ce sujet (ici). Mais je conseille à ceux qui s’y intéressent d’aller voir le travail de Roger Xavier Lantéri (ici) dont je reprend ici ce petit passage « Vers l'an 200 de notre ère, "Ferryville" existe déjà sous la forme d'une villa romaine, avec sa maison de maître, ses fermes, ses étables, ses écuries (à l'endroit de l'arsenal de Sidi Abdallah) et avec des bains luxueux, villégiature des gens riches (à l'endroit des Trois Palmiers). Elle prend le nom de Propriété Bassianus (Fundus Bassianus) ou Bassiana ». Pour s’en convaincre il suffit d’aller voir les sites archéologiques et les vestiges que l’érosion et/ou les voleurs menacent de faire disparaître (ici). Rien d’étonnant à cela si l’on regarde ce qui existe non loin de là à Tinja (ex Thimida) (ici) ou Guengla (ex Gunela) (ici).

Fundus Bassianus donc, Bordj-El-Caïd, Sidi-Saïd, Sidi-Abadallah, El-Kçiba … Mais, de tous ces noms, on retient surtout ceux de Ferryville et de Menzel Bourguiba. Ferryville fondée par Joseph Decoret en 1898 est rebaptisée, 60 ans plus tard, Menzel Bourguiba. Cela tout le monde le sait. Que l’on donna le nom de Bourguiba à la ville pour remplacer celui de Jules Ferry n’est, en soi, pas étonnant car nous sommes, ne l’oublions pas, au lendemain de l’indépendance et après soixante quinze ans de protectorat, dans la symbolique. Et dans ce contexte et dans ce genre de situation les symboles sont importants.

Mais ce que peu de gens savent c’est tout simplement qui a eu l’idée et qui l’a suggéré et comment elle fut mise en route. Et figurez-vous que sur cette question, et encore une fois par le plus grand des hasards, j’ai eu la chance d’avoir des informations que je qualifierai de … premières mains.

Un jour, à Paris, avec Hassen Z. en attendant Tahar D., coincé dans les embouteillages, qui devait nous rejoindre et alors que nous discutions à bâtons rompus de choses et d’autres nous avons, comme cela va de soi à chacune de nos rencontres, abordé la question de la situation en Tunisie et bien sûr de la situation de Menzel Bourguiba, des amis ... Et, à un moment, dans la discussion, j’ai posé la question au sujet des textes que je publiais sur le blog. Et notamment des difficultés que j’avais à trouver des informations fiables sur la ville après l’indépendance alors même que concernant l’histoire ancienne il n’y avait aucun problème. (C’est en effet une vraie question qui m’interpelle depuis le lancement de ce blog, il y a quatre ans, à cause justement de ce déséquilibre). Il y a peu de sources disponibles ou en tout cas pas ouvertes au grand public. L’histoire reste l’affaire des historiens attitrés. Dommage !

Et voilà qu’à la fin de ma doléance Hassen, une manière de me tendre la perche, (un réflexe de journaliste sans doute) eu la bonne idée de me glisser une information. Mieux un scoop ! « Au fait, me dit-il, sais-tu qui a donné le nom de Menzel Bourguiba ? ». En voilà une question. J’ai toujours pensé que s’était une décision de l’entourage immédiat de Bourguiba voire même de Bourguiba lui-même. Eh bien, pas du tout ! L’idée vient de …. Mais je préfère vous laisser lire ce que rapporte Hassen Z. dans le petit mot qu’il a écrit à ce sujet. Bonne lecture.

Mohsen Dridi

Le 23 novembre 2014

*************************

« De Ferryville à Menzel Bourguiba

Notre ville abandonna son nom de Ferryville, qu'elle portait depuis sa création, pour celui de Menzel Bourguiba en 1955, peu après le retour d'exil de Habib Bourguiba, qui s'était installé provisoirement dans une modeste maison de Rahbat el-Ghanem (marché des bestiaux) à Tunis, avant d'occuper le Palais de la Casbah puis le Palais de Carthage. C'est dans cette demeure que, dans l'euphorie nationaliste du recouvrement de la souveraineté nationale, une délégation de militants destouriens de la première heure est allée le voir pour lui proposer de donner son nom à la ville et d'effacer ainsi celui de Jules Ferry. Aux yeux des Tunisiens, ce dernier représentait l'action coloniale de naturalisation et d'assimilation des « indigènes » à la France. L'idée avait germé dans l'esprit notamment de Taïeb Tekaya, Mohammed Boufahja, Mohammed Jerbi, Mahjoub Ben Ali, Fredj Zenati (dit el-Mestiri). Elle trottait dans les têtes depuis qu'à un moment de très grande tension entre la France et le mouvement destourien, Bourguiba, après un vigoureux discours de dénonciation du colonialisme prononcé à Bizerte en 1952, a été hébergé pour une nuit par Frej Zenati (el-Mestiri) à son domicile dans le quartier de la Briquetterie (Houmet el-Mestiri), en bas des rails divisant de fait la ville en deux quartiers : le quartier arabe et le quartier européen.

Ils ont mis en tête de leur délégation, comme cela se faisait couramment à l'époque, un jeune écolier de moins de dix ans : Hassen Zenati (fils de Frej el-Mestiri). Il était chargé d'offrir au « Zaïm » un immense bouquet de fleur construit autour d'une lourde branche de palmier, de réciter un poème choisi dans le registre nationaliste pour le complimenter et de lui demander de bien vouloir consentir à ce que son nom fût donné pour rebaptiser la ville. Une émotion certaine accueillit le "oui" attendu de Bourguiba. Sept ans avant la bataille de l'évacuation des troupes françaises de Bizerte, qui permettra de parachever la libération totale de la ville.

Sur des photos d'époque, conservées par la famille Zenati (El Mestiri), on voit Habib Bourguiba en costume crème, une pochette blanche sortant de la poche supérieure de sa veste, se penchant pour l'embrasser sur le jeune écolier – aujourd'hui retraité après avoir effectué une longue carrière dans la presse internationale, notamment à l'Agence France Presse, dont il gravit les échelons jusqu'au grade de Rédacteur en Chef Moyen-Orient. Autour de lui les personnalités locales venues appuyer la proposition. Peu de temps après, Ferryville devenait Menzel Bourguiba ».

Hassen Z.

Le 20 novembre 2014

Et Ferryville fut baptisée Menzel Bourguiba : Oui mais qui, quand et comment ?
Commenter cet article

Belkhir Hager 13/12/2014 20:36

Bonjour Monsieur, je trouve votre blog et vos articles d'une très grande importance pour moi, car je mène une recherche sur l'histoire architecturale et urbaine de Ex Ferryville, Menzel Bourguiba dans le carde d'un Master 2 à Paris Sorbonne. Je vous communique mon adresse mail, pouvez vous me joindre afin de m'aider dans ce travail. Merci et bon continuation

jendoubi belgacem 07/04/2016 12:28

un grand merci pour votre blog

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants