Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Jun

Les Tunisien-nes à l’étranger apportent leur soutien à la candidature de l’UGTT au prix Nobel de la paix 2014 (Pétition)

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #Chroniques sociales et politiques

Les Tunisien-nes à l’étranger apportent leur soutien à la candidature de l’UGTT au prix Nobel de la paix 2014 (Pétition)

Les Tunisien-nes à l’étranger apportent leur soutien à la candidature de l’UGTT au prix Nobel de la paix 2014

La proposition d’une candidature de l’UGTT au prix Nobel de la paix est en train de prendre de l’ampleur tant en Tunisie que dans le monde. Cela honore les travailleurs et les militants de cette grande organisation syndicale ainsi que tous les Tunisien-nes où qu’ils soient.

« La candidature de l’UGTT au prix Nobel de la paix n’est ni un acte d’allégeance ni un acte de glorification, mais tout simplement une reconnaissance, non pas politique ou syndicale mais fondamentalement éthique » comme l’affirme la lettre signée par plusieurs présidents d’universités de Tunisie à l’origine de cette proposition de candidature.

C’est en effet cette dimension fondamentalement éthique qui a permis dans le passé et qui permet aujourd’hui encore à l’UGTT d’agir, tant sur le plan syndical que politique, pour que la Tunisie et la société tunisienne avec toutes ses composantes avancent vers la démocratie, la liberté, la dignité et la justice sociale de manière pacifiée dans un contexte régional marqué par la recrudescence de la violence.

L’UGTT, organisation syndicale née dans le contexte particulier de la colonisation, a très tôt joué un rôle essentiel dans la libération du pays en conciliant la lutte syndicale et la lutte nationale Ferhat Hached, fondateur de l’UGTT, a payé cet engagement de sa vie en 1952.

C’est justement ce rôle historique qui a donné à l’organisation syndicale une place centrale dans l’édification de l’Etat national après l’indépendance. Les grandes réformes et avancées sociales, les principales institutions publiques, portent indiscutablement la marque de l’UGTT.

Et ce rôle ne s’est jamais démenti par la suite :

l’UGTT, malgré les difficultés, les vicissitudes ou la répression, a continué à être cet espace de défense des libertés publiques et de protection des militant-es et des défenseurs des droits de l’Homme.

Ainsi dans les années de plomb l’UGTT était l’un des rares espaces publics où les opposants à la dictature et les représentants de la société civile trouvaient refuge.

De même pendant la révolution de 2010-2011 l’UGTT a accueilli et encadré les jeunes et les manifestants.

Et ce rôle, à travers toute cette histoire, a largement contribué à renforcer le combat pacifique pour les libertés en Tunisie. Il s’est révélé essentiel également lors de la révolution de 2010-2011 évitant ainsi au pays les dérives de la violence et de la guerre civile.

Initiatrice, avec d’autres grandes organisations de la société civile tunisienne, du dialogue national entre les partis politiques - alors que le pays était en pleine tourmente à la suite des assassinats politiques qui plus dans un contexte d’enlisement des institutions - l’UGTT a ainsi permis d’éviter les scénarios chaotiques et de débloquer le processus de transition civile et pacifique vers la démocratie en Tunisie.

Ainsi l’UGTT, en symbiose et avec l’appui d’un large éventail de la société civile tunisienne, ne cesse de contribuer à l’instauration d’une véritable culture du dialogue dans la vie politique, sociale et institutionnelle comme antidote à la violence. C’est même cette dimension pacifique qui caractérise la révolution tunisienne et que d’aucuns, à raison, considère comme l’exception tunisienne.

Il est donc légitime que les Tunisien-nes se mobilisent pour que ce rôle majeur de l’UGTT dans l’histoire du pays mais aussi par l’espoir et l’exemplarité qu’il suscite dans le monde arabe et au-delà soit enfin reconnu et consacré.

Les Tunisien-nes à l’étranger, les Français d’origine tunisienne, les amis de la Tunisie en France et dans le monde ne peuvent qu’exprimer leur fierté pour ce rôle joué par l’organisation syndicale et se féliciter et surtout appuyer fortement la candidature de l’UGTT pour le prix Nobel de la Paix 2014.

Paris le 28 mai 2014

Premiers Signataires :

Hichem Abdassamad, membre du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie et de l’Association Vérité et justice pour Farhat Hached

Mohsen Dridi, Blogueur, Militant Associatif

Adel Ltifi, Historien, Directeur de l'Institut de la culture arabe moderne

Kamel Jendoubi, Ancien Président de l’ ISIE, Ancien Président du REMDH, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie

Hédi Jilani, Président de l'Association Vérité et justice pour Farhat Hached

Sarra Abichou, Enseignante

Abderrazek Bouazizi, Militant Associatif

Tarek Toukabri, Président Association Démocratique des Tunisiens en France

Chérif Ferjani, Universitaire, Lyon 2

Hédi Chenchabi, Président AIDDA

Dr. Mohamed Salah Omri, Professeur de Littérature arabe, Oxford University, Grande Bretagne

Noureddine Baaboura, Juriste, Militant associatif

Noureddine Senoussi, Président du Réseau Euro-méditerranéen Culture et Citoyenneté

Moncef Guedouar, Président Yonga-solidaire, Vice-président Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives

Ali Ben Ameur, Universitaire, Militant Associatif

Houcine Bardi, Avocat, Association Vérité et justice pour Farhat Hached

Najet Mizouni, Universitaire, Militante associative

Mohamed Benhinda, Président Association des Tunisiennes et Tunisiens de Suisse

Nacer Jelloul, Association Vérité et justice pour Farhat Hached

Mrad Gadhoumi, Président de Filigrane-FTCR

Hafedh Affes, Président de l’Association des Tunisi ens du Nord - FTCR

Mohamed Bensaid, Président de l’Union des Tunisiens pour une Action Citoyenne , Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie

Habib Ouarda, Libraire, Militant associatif

Mohamed Hamrouni, secrétaire national CFDT-FPA, Président Mouvement Citoyen des Tunisiens en France

Khaled Abichou, Militant associatif

Saloua Kammarti, Militante associative

Maha Abdelhamid, Doctorante

Samia Ammar, Militante des Droits de l’ Homme

Nacer Benrejeb, Citoyen tunisien

Hédi Benkraiem, Universitaire, Militant associatif

Abderrazek Kitar, Militant associatif

Tarek Benhiba, Conseiller Régional Ile-de-France, Président de la Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives

Fethi El Hadjali, Président du Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie - Bruxelles

Mourad Allal, Directeur du POLE Organisme de Formation

Adnane Benyoussef, Membre du Bureau Fédéral de la Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives

Mohamed Smida, Juriste, Président de l’Association des Tunisiens en France-Nord.

Ines Hammami ep Abid, Universitaire, militante associative, Nice

Mohamed Bhar, Artiste, Musicien, Directeur de la Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives

Mohamed Mansar, Président du Centre Interculturel Franco-Maghrébin - Chalons sur Saône

Mohamed Lakhdar Ellala, Docteur en Economie, Président de l’Associations des Tunisiens en France

Saifallah Khablachi, Syndicaliste, Militant associatif

Kamel Ghali, Écrivain Poète, Militant associatif

Hassen Salama, Universitaire, Palerme, Sicile - Italie.

Raoudha Faouel, Conseillère municipale, Militante associative

Nacer Elfahem, Militant associatif, Association des Tunisiens en France

Chedly Elloumi, Militant associatif – Grenoble

Jelloul Benhamida, Militant associatif – Nîmes

Mohamed Larbi Bouguerra, ancien directeur de l’Institut National de la Recherche Scientifique et Techniquede Tunisie (INRST) ; ancien assistant à la Faculté de Médecine de Paris, membre de l’Académie tunisenne des Arts, des Scienceset des Lettres Bait al Hikma (Carthage)

Fethi Benslama, Doyen de l’ UFR d’Etudes psychanalytiques, Université Paris-Diderot

Radhia Hamrouni, Militante associative, ADTF

Miled Belgacem, Militant associatif

Jalel Matri, Militant associatif – Genève

Radhouan Chandoul, Citoyen tunisien

Nacer Azaiz, Avocat

Najet Miled, Libraire

Najet Karabomi, Présidente Organisation Apposition et Engagement Civique (OAEC)

Mohamed Damak, Militant associatif

Hédi Houaichia, Enseignant, militant associatif ATNF-Lille

Ezzeddine Boughanmi, Président de l’Association Solidarité Fraternité Méditerranéenne

Aida El Amri, Médecin Radiologue, Ancien Attaché des Hôpitaux de Paris, présidente de l’Association Tunisie Culture et Solidarité

Houda Zekri, Présidente de l’Association Communication Culture Citoyenneté-3 C

Sami Dachraoui, Citoyen tunisien

Fatma Houas, Engagement Citoyen

Mouhieddine Cherbib, Militant des Droits Humains, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie - CRLDHT

Commenter cet article

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants