Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 Oct

1913 : La gare de Menzel, le tramway TFA et la voie ferrée

Publié par menzelbourguiba-ex-ferryville.over-blog.fr  - Catégories :  #Mémoire, mémoires, #ballades ...

1913 : La gare de Menzel, le tramway TFA et la voie ferrée

Comme chacun le sait Ferryville a dès le départ été conçue en lien direct avec l’arsenal. Et chacun sait aussi que l’arsenal avait surtout comme fonction de servir de site de protection et point d’appui pour la marine de guerre. Une base navale chargée de construire, réparer, ravitailler les navires de guerre français. Dans cette optique il paraît dès lors évident que la jonction et le lien avec le port de Bizerte et ses activités tant commerciales que militaires est dans la logique des choses. Routes et voies ferrées sont donc les moyens privilégiés pour réaliser cette jonction.

Bien sûr un autre but était également pris en compte car la construction de l’arsenal avait besoin de main d’œuvre laquelle habitait dans les environs (Tinja …) qu’il fallait faire venir quotidiennement vers les chantiers à Sidi-Abdallah[1] et Ferryville. Pour cela une ligne de tramways à traction animale avait été construite en 1903 et mise en exploitation par la Compagnie des tramways de Tindja – Ferryville – Arsenal (TFA) (ici) qui joignait l’arsenal à la gare de Tindja. On sait aussi que les travaux de construction de la voie de chemin de fer qui relie Bizerte à Jediada en passant par Tinja ont commencé en 1892 et s’achevèrent en 1894. De même en 1907 l’armée française fit construire une route reliant Bizerte à Tinja. C’est dire que les voies de communication sont importantes.

Voilà pourquoi aussi le tramways était important car il faut savoir que de nombreux ouvriers et même des cadres qui travaillaient sur les chantier de l’arsenal étaient obligés d’habiter à Bizerte car il n’y avait pas encore de logements suffisants à Ferryville et quant il y a des logements les loyers étaient excessivement chers. Ceux-ci étaient également transportés par voie de mer en traversant le lac de Bizerte pour se rendre à l’arsenal. Et cela revenait beaucoup plus cher que de construire une ligne de chemin de fer de Tinja à l’arsenal. De plus de nombreuses plaintes avaient d’ailleurs été portées à la connaissance des autorités d’alors. Voici ce qu’écrivait par exemple en juin 1913 le journal « Le Temps » « c'est une ville où logent officiers du port, fonctionnaires et ouvriers de l'arsenal. Malheureusement les terrains y sont très chers, ce qui fait qu'on n'y construit point de cités ouvrières et que les loyers sont partant très élevés trop élevés pour les gens modestes, forcés par leur profession d'y habiter. La cherté des loyers a déterminé un certain mouvement d'exode. Un petit tramway vient d'être créé et relie l'arsenal à la station du chemin de fer d'Oued Tindja : Oued Tindja voit s'élever de petites maisons qui se groupent et formeront bientôt une bourgade d'une certaine importance; en outre, des trains ouvriers vont être organisés, si bien que ceux qi ont leurs occupations à l'arsenal ne seront plus obligés de subir les exigences des propriétaires de Ferryville. L'autorité maritime paraît envisager d'un bon œil les innovations destinées à améliorer la manière do vivre de ceux qu'elle emploie ».(cf. Gallica).

On sait aussi une des raisons est dû au fait que le chantier de l’arsenal avait été retardé durant quelques années (entre 1907 et 1910). C’est lorsque le chantier se réactiva et même s’accéléra, à la veille de première guerre mondiale, que les besoins en main d’œuvre se firent pressants en donc les moyens de transport également. En attendant que Ferryville construise de nouvelles habitations. Voilà sans doute pourquoi il fallait trouver des solutions urgentes pour les ouvriers qui devaient faire le trajet entre l’arsenal et Bizerte. D’autant que le tramway à traction animale et qui plus est à voie unique ne pouvait sérieusement pas répondre à l’attente. D’autant que le périmètre urbain de Ferryville est en train de s’étendre vers le sud (le quartier Saint-Jacques, le transvaal et la briqueterie) et vers l’ouest (en direction de Tinja). Voilà pourquoi en 1913 seront signées deux conventions ayant pour objet la création de trains avec abonnements spéciaux pour le personnel de la Marine entre Bizerte et l'arsenal de Sidi-Abdallah. Une première convention relative à la création de trains entre Bizerte et Tindja, l’autre pour la création de trains entre Tindja et Sidi-Abdallah.

Voilà sans doute, pour partie, l’explication à l’origine de la ligne de chemin de fer de Tinja et Menzel Bourguiba, celle que nous connaissons tous qui se prolonge, de nos jours, jusqu’à l’usine Elfouladh. A l’origine cette voie contournait ce qui était considéré comme le centre-ville pour rejoindre l’arsenal (par la porte de Tunis), qui traversait l’arsenal jusqu’à la porte de Bizerte en allant vers la pyrotechnie. En fait c’est entre 1915 et 1917 que cette ligne fut terminée et l’on peut donc supposer que bâtiment de la gare de Menzel date également de cette époque.

Cette seconde convention, concernant le train Tinja jusqu’à l’arsenal a été signé le 29 septembre 2013 entre le ministre de la marine d’une part et la Compagnie Des Tramways De Tindja-Ferryville-Arsenal Et Prolongements, et dont le siège social est à Tindja, et dans laquelle il est précisé plusieurs aspects comme par exemple :

« La Compagnie s'engage à faire circuler, les jours non fériés, pour transporter le personnel militaire, civil et ouvrier de la Marine entre Tindja et l'arsenal de Sidi-Abdallah et vice versa, des trains correspondant aux trains de voyageurs de la Compagnie des chemins de fer de Bône- Guelma allant de Bizerte à Tindja et vice versa ».

« Ces trains auront des voitures de deux classes correspondant aux voitures de 2ème et 3ème classes de la Compagnie de Bône-Guelma. Des compartiments spéciaux de 1ère classe en nombre suffisant y seront réservés aux voyageurs de 1ère classe de ladite Compagnie. Les trains prendront les bagages personnels des voyageurs ».

« Les points terminus seront en gare de Tindja, et, à Sidi-Abdallah, en face du pavillon des Constructions navales. Les trains feront halte à la porte de l'Arsenal, dite Porte de Tunis ».

Que « La Marine donnera les autorisations nécessaires pour poser la voie sur les routes et terrains de la Marine et dans l'intérieur de l'Arsenal, ainsi que pour la construction d'une gare sur ces terrains ».

Que « La durée du trajet ne devra pas excéder, arrêts compris, 14 minutes ».(cf. Gallica Bulletin officiel de la Marine 1913).

C’est vraisemblablement à cette occasion que le tramway TFA, qui était à traction animale depuis sa construction en 1903 et qui circulait sur l’avenue, fut modifié et devint à traction mécanique. D’autant que c’est la même société (la Compagnie Des Tramways De Tindja-Ferryville-Arsenal Et Prolongements) qui gérait et les tramways et la ligne de chemin de fer construite après 1913. L’extension de la ville, le besoin de main d’œuvre sur place, la construction de nouvelles cités d’habitation pour les ouvriers (à Tinja (ici), Guengla (ici), Transvaal (ici) et surtout à l’intérieur du périmètre de la ville comme la cité maritime …) ont fini par réduire l’utilité de ces moyens de transport. La question est comment ont pu fonctionner les deux lignes, qui suivaient le quasiment le même trajet mais en parallèle.

Le tramway fut fermé après la seconde guerre mondiale. Quant au train il a continué à faire la navette en transportant des voyageurs jusque dans les années 1970-80 puis la ligne a été affecté au transport de marchandises pour l’usine El-Fouladh. L’introduction de la voiture est sans aucun doute pour quelque chose dans la disparition du train.

Pour mémoire également la rue qui donne sur la gare portait alors le nom de « rue Décoret ».

Mohsen Dridi

Le 23 octobre 2013

[1] C’est le nom du marabout et du lieu où sera construit le futur arsenal.

Merci à Christian Jung qui a très justement remarqué que la photo que j'avais mis n'est celle de la gare de Ferryville mais celle Bone-Guelma en Algérie. Je rectifie donc et je me suis permis de copier une photo du site ferryville-menzel-bourguiba.com (en modifiant la couleur)

Commenter cet article
C
la photo montrant la gare, n'est pas celle de Ferryville. la mention Ferryville est une erreur de l'imprimeur. C'est la gare de Bône Guelma en Algérie.
Je l'ai déjà reçu pour mon site http://ferryville-menzel-bourguiba.com
Répondre
M
et oui c'est comme ça que mon grand pere a ete chef de gare,monsieur morelli antoine ...et que je suis nèe la ......
Répondre

Archives

À propos

Garder vive la mémoire d'une ville (Menzel Bourguiba ex-Ferryville) et de ses habitants